Opal’Hypnose - La Clé des Maux
Hypnose et Thérapies Brèves à Téteghem
 

OpalHypnose - La Clé des Maux, hypnose et Thérapies Brèves à Dunkerque et ses alentours

06 72 71 64 60
1 Rue Albert Vermeersch, 59229 UXEM

LE MENSONGE CHEZ L'ENFANT

06 Sep 2022 Opal’Hypnose - La Clé des Maux ENFANTS

Le mensonge chez l'enfant 

Mentir est une chose normale dans le développement d’un enfant dans et pour sa construction psychique et le développement de sa personnalité. Plus tard, dans notre vie d'adulte, il nous arrive de dire des petits mensonges qui nous semblent nécessaires, et plus simple qu’une vérité.

En tant que parent

posez-vous toujours la question de

la fonction que remplit le mensonge raconté par votre enfant.

Pour mieux le comprendre et mieux l'aider. 

Alors, est ce que le bon message à faire passer à votre enfant c'est que plus il dira la vérité, moins il sera disputé, et plus vos relations seront basées sur la confiance mutuelle ?

Avant 6 ans, la pensée magique est très présente dans l’imaginaire des enfants de moins de 6 ans. Un enfant ne fait pas encore bien la différence entre la réalité et l’imaginaire. Il n’a pas encore les capacités logiques pour dire un mensonge consciemment. Il est important à ces âges là de ne pas associer l’erreur et le mensonge.  Votre enfant peut donc déformer la vérité pour s’amuser, pour faire rire ou pour imaginer une réalité qui lui semble plus intéressante. Souvent cela reflète davantage des désirs de l’enfant plutôt qu’un mensonge. 

Après 6 ans, l'âge de la pensée logique et du développement de la conscience morale.  Aprés 6 ans, un enfant distingue mieux le bien du mal, et la différence entre le réel et l’imaginaire. Si les mensonges sont fréquents et persistent chez votre enfant âgé de plus de 6 ans, essayez d’en comprendre la raison. Pourquoi ment-il ? A-t-il peur de se faire disputer ? pour se rendre intéressant envers les autres ? 

Il existe 3 grands types de mensonges :

  1. Le mensonge par omission à des fins d’évitement, l’enfant a omis de nous dire qu’il a cassé un verre, qu’il a un mot de la maîtresse à nous faire signer etc. L’enfant ment pour éviter une punition ou juste pour faire plaisir à ses parents. Par exemple, il vous dit s’être lavé les dents alors qu’il ne l’a pas fait, c’est car il sait que c’est ce que vous attendez de lui.  
  2. L’affabulation anecdotique, c’est un mensonge à des fins de compensation, celui qui permet d’enjoliver une situation, qui va permettre de se rendre intéressant, de se faire des amis, de se sentir plus "aimable". 
  3. Et le recours systématique au mensonge.

 

COMMENT ENCOURAGER VOTRE ENFANT A NE PAS MENTIR ? 

 

– Réexpliquez autant qu'il le faut l’importance de dire la vérité, et que cela nourrit la confiance. Vous pouvez prendre l’image du fil qui vous relie à votre enfant quoi qu’il se passe, mais qu’un mensonge peut effilocher ce fil jusqu’à le casser, et qu’après il faudra le reconstruire ce qui prend du temps. Autant prendre soin de ce fil d’amour qui nous relie.

– Félicitez votre enfant quand il dit la vérité, même si c’est pour avouer une bêtise. 

– Ne nier pas ses sentiments et ses émotions, car cela est une manière d’apprendre à mentir. « si quand je dis ça on me dit que ce n’est pas vrai, alors je vais modifier mon discours, mais ce n’est pas ce que je pense ». L’enfant va penser que certaines vérités plaisantes sont ce que vous cherchez à entendre. En tant que parent il faut être prêt à entendre les vérités de l’enfant même si elles sont déplaisantes pour vous. 

Évitez d’avoir une réaction trop négative à un mensonge, un petit mensonge est à prendre pour ce qu’il est et à réagir de votre côté en fonction. 

– Aidez votre enfant à trouver des idées de choses réelles à dire à ses amis si vous constatez qu’il invente souvent des histoires.

– Pour les plus petits, apprenez-leur à comprendre la différence entre la réalité et l’imaginaire.

– En tant que parent évitez de mentir à vos enfants, ou devant eux par exemple « je ne vais pas venir travailler mon fils est malade », et votre enfant sait qu’il n’est pas malade et que vous mentez. 

Comment réagir face aux mensonges ?

Comme pour toute chose, le mensonge peut être utilisé pour apprendre des choses à vos enfants. 

– Ecoutez jusqu’au bout son histoire, même si vous voyez rapidement qu’il s’agit d’un mensonge, ainsi vous comprendrez mieux ce qu’il veut raconter. 

– Essayez de décrire le problème sans le blâmer, plutôt que de poser beaucoup de questions accusatrices.

– Ne le punissez ou ne le grondez pas, mais essayez de trouver une solution alternative au mensonge. Plus l’enfant va être puni, plus cela risque d’engendrer des mensonges par peur de se faire disputer. 

– Proposez-lui toujours de modifier son histoire en rectifiant par la vérité « tu es bien certain de ce que tu me dis ? j’ai des doutes ». 

– Expliquez-lui de nouveau qu’en tant que parent vous avez besoin de pouvoir lui faire confiance. Plus j’ai confiance en toi, plus je peux te donner des responsabilités et t’accorder plus de libertés. 

– Félicitez -le s’il finit par vous dire la vérité comme avouer une bêtise par exemple. Puis ensemble de trouver une solution pour réparer la bêtise. 

– Ne posez pas une question dont vous connaissez la réponse, votre enfant y répondra par un mensonge défensif. 

– Evitez la question « pourquoi » , pourquoi as-tu cassé ta voiture ? votre enfant dans le fond ne sait pas pourquoi il l’a cassé. 

– Ne sur réagissez pas, sinon les enfants risqueront de mentir davantage par crainte de se faire disputer.  Dites à votre enfant ce que ce mensonge provoque comme émotion, comme sensation, chez vous, ou chez son copain.  

 

Conclusion

Si vous réalisez que votre enfant a recourt au mensonge de manière quotidienne, le mieux est de consulter un thérapeute pour comprendre la raison de ce comportement. 

Le mensonge n’est pas pathologique au sens clinique du terme, lorsque cette falsification du réel est consciente. C’est-à-dire que l’enfant sait qu’il ment et pourquoi il le fait et à qui il s’adresse. 

A l’inverse la mythomanie, est un mensonge auquel l’enfant adhère et donc y croit ; un suivi en  pédopsychiatrie est  nécessaire en parallèle du suivi avec votre thérapeute.

 

Spécialiste de l'accompagnement d'enfants et de l'hypnose infantile, rdv sur doctolib

https://www.doctolib.fr/hypnotherapeute/uxem/isabelle-duquennoy

  


Articles similaires

Derniers articles

LIBERATION DES TRAUMATISMES PAR MOUVEMENTS OCULAIRES

LE MENSONGE CHEZ L'ENFANT

PEUR DU REGARD DES AUTRES ? de prendre la parole en public ?

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.